Pôles d'emploi et migrations de travail

L'augmentation des déplacements résidence-travail constitue sans nul doute l'un des aspects les plus saillants de la restructuration économique survenue au cours des dernières décennies dans les régions de Québec et Chaudière-Appalaches.

En 1996, 62% de la population active occupée de ces deux régions trouvait un emploi à l'extérieur de sa municipalité de résidence, contre seulement 55 % en 1981 et alors que la moyenne du Québec en 1996 n'était que de 59,5 %.

Même si la situation reste différente entre le milieu métropolitain et les milieux non métropolitains, la carte ci-jointe permet d'apprécier le fait qu'un grand nombre de municipalités, situées en dehors de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec, présentent également des proportions très élevées de travailleurs effectuant des déplacements résidence-travail hors de leur municipalité de résidence.

Ce phénomène s'explique notamment par les principales transformations économiques ayant affecté l'emploi rural des deux régions au cours des dernières décennies, à savoir le déclin de l'emploi du secteur primaire (agriculture, forêts, mines) ainsi qu'un phénomène de redéploiement industriel dans les villes et villages non métropolitains des deux régions, notamment dans la Beauce, mais également dans certaines MRC comme celles de Bellechasse, de Portneuf, ou encore de l'Islet.

S'appuyant sur les données d'emploi relatives au lieu de travail de la population active issues des recensements de Statistique Canada, les représentations cartographiques suivantes permettent ainsi de détailler la structure économique des principaux pôles d'emploi, métropolitains et non métropolitains, des régions de Québec et Chaudière-Appalaches et, finalement, à partir des déplacements résidence-travail effectués par la population active occupée, de mieux cerner le degré d'influence de chacun de ces pôles sur l'ensemble des 265 localités de ces deux régions.

Carte à consulter : Spécialisation relative de la main-d'oeuvre

Pour en connaître davantage sur la méthodologie

SYNTHÈSE

Méthode d'identification des pôles d'emploi

S'appuyant sur les données d'emploi relatives au lieu de travail de la population active occupée issues des recensements de Statistique Canada, la méthodologie d'identification des pôles d'emploi repose sur la combinaison de trois critères : le taux de couverture de l'emploi (rapport entre le nombre d'emplois disponibles dans une municipalité et le nombre de travailleurs qui y résident), la densité de l'emploi (rapport entre le nombre d'emplois et la superficie) et enfin le nombre d'emplois occupés par des travailleurs provenant d'autres municipalités.

Une approche factorielle, s'appuyant sur l'analyse en composantes principales, a permis de dégager un indice synthétique intégrant en une seule variable les trois critères évoqués précédemment. Certains pôles d'emplois du milieu non métropolitain ont également été regroupés en fonction de leur contiguïté et en considération des interactions à l'oeuvre en ces pôles, en termes de déplacements résidence-travail.

Cette méthode a permis ainsi d'identifier 44 pôles d'emplois dans la région, lesquels concentrent à eux seuls près de 378 000 emplois, soit plus de 88 % du total des emplois des régions de Québec et Chaudière-Appalaches. Parmi ces 378 000 emplois, 288 000 (76,2 %) proviennent des pôles de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec, tandis que les pôles des milieux non métropolitains ne représentent que 90 000 emplois (23,8 %).